Dossier BIM : Rénover les bâtiments tertiaires avec les outils numériques

Dossier BIM : Rénover les bâtiments tertiaires avec les outils numériques

TRANSFORMATION DIGITALE DE L’EXISTANT.

Rénover les bâtiments tertiaires avec les outils numériques.

Quantité de nouveaux outils numériques facilitent et fiabilisent la rénovation des bâtiments tertiaires jusqu’à aboutir à une maquette BIM. Leur richesse vient de la mutualisation et du partage des données. Pour autant, la structuration de ces données n’est pas encore disponible pour tous les composants et équipements du bâtiment.

Reconstituer des plans

Face à la rénovation lourde d’un bâtiment tentiaire, diverses difficultés se posent, que des outils numériques adaptés contribuent à résoudre : absence de plans, structure du bâtiment non connue… Chacun de ces outils peut être utilisé seul, indépendamment des autres. Mais leur richesse est multipliée par le partage des données pour constituer, puis exploiter, une maquette numérique 3D du bâtiment, exhaustive et détaillée, depuis son état initial avant travaux, jusqu’à sa livraison, puis durant exploitation après rénovation.

 

Le jumeau numérique, sa conservation et sa mise à jour

Le bâtiment étant rénové, tous ses composants figurent dans la maquette numérique 30, le “jumeau numérique” qui correspond a minima au niveau N05. Cette base de données sous forme graphique au Format IFC est remise au maitre d’ouvrage. Si celui-ci décide de l’utiliser pour faciliter l’exploitation et la maintenance de son bâtiment. Il doit organiser son archivage, gérer sa mise a disposition et sa mise à jour tout au long de la vie du bâtiment. Comme la structuration des données est loin d’être standardisée pour tous les équipements qui composent le bâtiment, le maître d’ouvrage doit donner un cadre de structuration des données à l’entreprise de Facility Management, à son exploitant thermique, puis à toutes les entreprises qui interviendront au fil des années pour de la maintenance ou du remplacement.

Interagir avec les maquettes BIM directement depuis son logiciel GMAO

Même problème si de nouveaux équipements sont installés, du photovoltaïque en toiture, par exemple. Tout ce process correspond à une nouvelle responsabilité qui n’existait pas jusqu’à présent, qui a un coût indéniable mais apporte de nombreux avantages en échange. L’entreprise de Facility Management, s’il y en a une, peut interfacer son logiciel de GMAO (Gestion de la maintenance assistée par ordinateur) avec la maquette numérique et accéder ainsi immédiatement aux détails du bâtiment. Ce n’est pas si courant aujourd’hui. Un petit nombre d’éditeurs d’outils GMAO ont fait l’effort d’ouvrir leurs applications au format IFC. Carl Software, par exemple, a enrichi le module Carl Maps de son logiciel de GMAO Carl Source pour lire les données IFC et permettre aux utilisateurs de Carl Source d’interagir avec une maquette BIM. Vinci Facilities a développé son propre applicatif pour utiliser les maquettes BIM exploitation. Cet interfaçage GMAO et maquette BIM à des fins d’exploitation ne dispense pas d’une GTB (Gestion technique du bâtiment), ni d’une supervision.

Pascal Poggi

Dossier BIM : Rénover les bâtiments tertiaires avec les outils numériques

Lire la suite de l’article :

Télécharger l’article de presse