Logiciel de GMAO de l’Aéroport Toulouse-Blagnac

Découvrez la solution de GMAO de l’Aéroport Toulouse-Blagnac.

Logiciel GMAO Aéroport Toulouse-Blagnac
Logiciel GMAO Aéroport Toulouse-Blagnac

Logiciel GMAO Aéroport Toulouse Blagnac

Editeur spécialisé en logiciel de gestion de maintenance et gestion d’équipements, CARL Berger-Levrault dispose d’une offre dédiée au métier de la gestion de bâtiment et d’installation technique. Cette offre baptisée CARL Facilty, est notamment exploitée au sein de nombreux aéroports, dont Roissy, Bordeaux, Lyon, Mulhouse ou encore Nantes. Illustration ici avec l’aéroport de Toulouse Blagnac, 4ème aéroport français.

Entretien avec Christophe GRAS

Support & Méthodes Direction Technique, Aéroport Toulouse Blagnac

Présentation de l’aéroport Toulouse-Blagnac

L’aéroport de Toulouse Blagnac, aujourd’hui, c’est 250 personnes qui y travaillent pour la partie aéroport. Et à peu près 4 000 personnes en incluant toutes les sociétés autour de l’aéroport.
Nous avons aussi environ 120 000 mouvements d’avion par an qui se répartissent à peu près à 50%-50% entre l’arrivée et le départ.

Les atouts au quotidien de la GMAO CARL Facility

Air pulsé dans le Hall C.

Cette activité est complètement sous-traitée, externalisée depuis plusieurs années. Et donc au travers de la GMAO, nous suivons l’activité de notre sous-traitant. Aujourd’hui ça nous permet de vérifier que ce qui est prévu au contrat de maintenance par rapport à cette société est bien réalisé. Et donc de prévoir tous les plans préventifs qui vont avec. Avec la GMAO, on peut suivre effectivement toute l’activité de notre sous-traitant en termes d’heures de travail, en termes de pièces consommées.

Avant on avait une traçabilité « moindre » : c’était essentiellement basé sur l’historique de la personne de chez nous qui suivait l’entreprise sous-traitante. Aujourd’hui, tout est tracé. Nous avons des comptes-rendus de ce qui est fait, des graphiques qui nous permettent de vérifier l’activité de notre sous-traitant. Et surtout, ça nous permet d’avoir un historique complet sur le vécu de l’installation, chose qu’on n’avait pas avant CARL.

Poste de Haute-Tension, sous-sol du Hall C.

C’est ici que nous récupérons l’alimentation 20 000 volts qui arrive sur nos cellules. De là, le 20 000 volts est ramené sur les entrées transformateurs. La maintenance essentielle se fait au niveau des cellules Haute-Tension. Cette maintenance est faite en interne par nos équipes techniques avec l’achat de prestations vis à vis du constructeur et on travaille en partenariat avec eux. Au travers de CARL, on gère la planification de ces interventions, la commande de ces interventions et évidemment les comptes-rendus avec tous les OT prévus au plan de maintenance préventif.

Avant on planifiait tous ces éléments sous des tableaux Excel, sous des fax. Il n’y avait pas vraiment de traçabilité, c’était un peu au quotidien et au jour le jour. Aujourd’hui, on a supprimé toute la partie papier. Les comptes-rendus sont scannés et joints au compte-rendu de l’intervention de l’OT. On a donc limité énormément le nombre de papiers. Et surtout, dans un lieu unique, qui est l’outil GMAO de CARL, on récupère tout l’historique de ces interventions.

Salle des Systèmes IFBS (inspection filtrage des bagages de soute).

CARL intervient à plusieurs niveaux.

  1. En priorité, au niveau curatif. Toutes les installations étant tracées dans la base de données GMAO, et identifiées comme tel, chaque fois qu’on a une panne sur une installation, le technicien crée un OT par rapport au tronçon de tapis qui est en panne ou par rapport à la machine de sureté qui est en panne. Il identifie le problème et fait un compte-rendu sur l’intervention.
  2. L’aspect préventif intervient également puisqu’on a entré des plans préventifs par rapport aux données constructeurs. On a donc un certain nombre d’actions à réaliser notamment sur l’aspect mécanique qui est très important, comme par exemple les roulements.
  3. Le 3ème point sur lequel est intervenu CARL, c’est durant la phase de déverminage de l’installation de l’équipement. Quand on avait différents soucis au démarrage de l’installation, on a pu tracer tout ce que l’on constatait et tous les problèmes que l’on rencontrait. Ensuite il y a eu l’analyse de faite sur tous ces OT avec le constructeur pour essayer de trouver les circonstances qui faisaient qu’on pouvait avoir des bugs ou des disfonctionnements de l’installation.

En 2006, l’aéroport de Toulouse Blagnac s’est équipé d’un tout nouveau système de traitement de bagages de soute utilisant des chariots autonomes. L’installation de ce système également géré par CARL a constitué une 1ère mondiale.

Salle des Systèmes IFBS (inspection filtrage des bagages de soute) de 2ème génération.

C’est un système qui englobe non seulement l’aspect sureté mais en plus l’aspect tri des bagages.

Dans la salle de maintenance, on fait tout l’entretien et la maintenance de l’installation. L’installation se compose de chariots et c’est sur eux qu’on doit faire l’essentiel de la maintenance, puisque c’est la grosse partie mécanique et la grosse partie sensible de l’installation.

Le travail que l’on effectue sur ces chariots est basé sur des plans de maintenance dans la GMAO CARL. Ces plans de maintenance sont constitués de données constructeurs qui nous indiquent, en fonction d’un nombre d’heures de fonctionnement et le nombre de temps entre deux maintenances, le type d’action à réaliser. 

Exemple de mise en situation.

Le Chariot 44 est en panne, on va créer un OT sur ce chariot-là. On va dans le module Travaux, module OT, on crée un nouvel ordre de travail. On donne un titre « Panne Autoca 44 ». Et on sélectionne ensuite dans l’arborescence principale le chariot (autoca) 44. Ça nous ramène les champs nécessaires à la création de l’OT. On indique l’équipe qui va travailler sur cette installation, donc l’équipe IT. Je valide l’équipe. Et je finis par valider mon OT. Et voilà, mon OT est créé pour le chariot 44.

Aujourd’hui nous sommes à 3000 installations référencées dans CARL. 3000 points d’intervention où on peut affecter du temps, des pièces détachées et de l’activité. Et, associés à ces 3000 installations, nous avons entre 5000 et 6000 articles stockés qui nous permettent de maintenir ces installations.

« La collaboration s’est toujours bien passée. On a eu besoin de formations complémentaires pour nos équipes intervenantes, et ça s’est également passé en parfaite collaboration avec les équipes de CARL.  »

Intégration de l’application GMAO de CARL

Une collaboration entre les équipes de l’aéroport de Toulouse Blagnac et les équipes de CARL.

Avec les équipes de CARL, du travail a été fait pour amener des petits programmes spécifiques qui permettent de remplir des fonctions non natives de CARL.

La collaboration s’est toujours bien passée. On a eu besoin de formations complémentaires pour nos équipes intervenantes, et ça s’est également passé en parfaite collaboration avec les équipes de CARL. L’intégration s’est faite relativement en douceur. Aujourd’hui le produit CARL est bien intégré dans notre structure. Tous les techniciens utilisent ce logiciel, ils sont plus de 30.

Les chefs de section font également une utilisation forte du logiciel dans le lancement des plans préventifs, dans l’adaptation de ces plans et dans la vision globale de l’état de leur parc.

Une optimisation du travail quotidien.

CARL a amené de la simplicité dans l’utilisation d’outil de suivi. Aujourd’hui tout le monde travaille de la même façon. Avant, chaque entité du service maintenance travaillait avec ses propres outils, donc c’était très difficile de faire de l’analyse puisque les installations sont liées les unes avec les autres. Quand on voulait faire une analyse globale, c’était très compliqué. C’est déjà un fort gain en terme de vision pour tous les chefs de section.

Ensuite on a optimisé toute la partie Lot de Maintenance, ce qui est très important pour nous puisque c’est une installation qui tourne presque H24 et on a besoin d’une réactivité très importante. On a adapté et calculé les réapprovisionnements en fonction des délais fournisseurs et de notre propre consommation. Aujourd’hui, grâce à CARL on a quasiment 0 rupture de stocks, point très important. Avant on avait beaucoup de ruptures de stocks : on scrutait nos magasins une fois par semaine et régulièrement on se faisait piéger car on tombait en rupture de stocks.

C’est vraiment les 2 points forts.

Ensuite, l’outil nous a permis de simplifier énormément nos papiers. On est passé à « l’ère numérique ». Il y a un côté très fort par rapport à ce qu’il y avait avant, c’est le côté historique que l’on peut récupérer aujourd’hui vis-à-vis de nos techniciens. Chaque technicien peut sur une installation bien précise avoir l’historique complet de ce qui est fait sur l’installation et donc revenir en arrière et trouver une solution à son problème qu’il a au moment précis.

Retour à la liste des vidéos